Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 octobre 2007 6 27 /10 /octobre /2007 20:46

Bonjour à vous,

Dans les arts traditionnels, la lignée et donc la filiation est très importante. Dans une école d'arts martiaux, le Maître choisit des disciples parmi ses élèves préférés. In fine, il n'y a qu'un seul disciple, dans la pure tradition, qui se verra reconnaître comme le disciple continuateur du Maître, le meilleur des disciples.

Dans le cas du Yi Quan, les choses sont assez simples!


S-GuoYunShen.jpgLe fondateur du Yi Quan, Maître WANG Xiang Zhaï, a eu pour Maître GUO, Yun Shen (au centre de la photo ci-dessous en noir et blanc), un très fameux expert de Xing Yi Quan.

WANG Xiang Zhaï dont on a finalement assez peu de photos fut le meilleur élève de GUO Yun Shen.

Enfant à la santé fragile du fait de son asthme, il fut le dernier disciple de GUO mais aussi le meilleur.

On peut imaginer la motivation que pouvait ressentir le jeune WANG Xiang Zhaï lorsqu'il a vu sa santé s'améliorer grandement et devenir très fort!!


WangXiangZhai.jpgMaître WANG Xiang Zhaï (1885-1963) eu beaucoup de disciples, mais le meilleur d'entre eux fut YAO Zong Xun que l'on appela Ji Xiang, c'est à dire le continuateur de Xiang.

Le grand Maître l'appréciait particulièrement pour le courage dont il faisait preuve en combat.

Car il y a eu en Chine, il n'y a pas si longtemps encore, au cours du vingtième siècle une période où les disciples de WANG Xiang Zhaï eurent à relever nombre de défis, notamment de la part de maîtres de Xing Yi.

Certains de ces combats furent très violents...

Quelques disciples de Lao WANG :
YAO Zong Xun bien sûr, HAN Xing Qiao, HONG Lian Shun, ZHOU Zi Yan, ZHAO En Qing, BU En Fu, ZHAN En Tong, ZHAO Feng Yao, YU Peng Xi, WANG Yu Fang et WANG Yu Zheng ses deux filles..

Ma--tre-YAO-en-Shi-Li-copie-1.pngYAO Zong Xun (1917-1985), pratiquant ci-contre un Shi Li (exercer la Force), a eu des fils jumeaux, Cheng Guang et Cheng Rong. Tous deux sont de grands pratiquants de Yi Quan.

Cependant, son meilleur élève et disciple ne fut ni Cheng Guang ni Cheng Rong.

En effet, celui qui devint son disciple continuateur se nomme CUI Rui Bin.

Quelques disciples de Lao YAO :
CUI Rui Bin, YAO Cheng Rong, YAO Cheng Guang, BO Jia Cong, BAI Jin Jia, ZHAO Zu Quan.

CUI-20Rui-20Bin.jpgCUI Rui Bin est né en 1949. Il a étudié diverses pratiques martiales avant de s'adonner exclusivement au Yi Quan.

Parmi les arts qu'il a étudié on compte le Shuai Jiao (lutte chinoise), le Qi Gong "dur", le Taï Ji Quan, le Tong Bei Quan et une boxe dans laquelle les affontements se font à mains nues (Cuo Jiao?).

CUI Rui Bin aimait beaucoup son Maître. Aussi, il décida de l'honnorer en créant un centre d'entraînement dédié au Yi Quan. Ce fut fait en 1995. Le centre est basé à Taolin, un petit village de la lointaine banlieue de Pékin (Beijing).

Depuis, Maître CUI accueille des étudiants chinois et étrangers mais voyage aussi pour transmettre toute l'authenticité du Yi Quan.

Maître CUI accepta comme disciple HUANG Ming Shan (Jean Pierre HARROLD) en 1996.


Ming-Shan-en-Co-Gua-Shi-Li.jpgMaître Ming Shan a un parcours exceptionnel du fait d'avoir pratiqué sports de combat et arts martiaux durant toute sa vie.

Il a rencontré de nombreux Maîtres réellement compétents (ZHAO Qu Quan, WANG Xuan Jie, FANG Zhi Qiang, PANG Gui Lin, WANG Yu Fang... et bien sûr CUI Rui Bin).

Approchant la soixantaine, Maître Ming Shan poursuit toujours son périple dans le monde des arts martiaux, en recherchant toujours à progresser.

Eternel étudiant, il continue à chercher dans le but de progresser d'un point de vue martial (il est un véritable guerrier!) et d'un point de vue spirituel.

Avec un parcours de vie d'une richesse inouïe et un caractère bien trempé, Maïtre Ming Shan est pour moi un personnage incontournable des arts martiaux en France et en Europe.

Plus tard, je ferai un article concernant exclusivement Ming Shan...


Heu... finalement pas si simple!

Comme dans toutes les écoles ou les styles, le Yi Quan a connu des schismes.

WangXuangJie1-copie-1.jpgDisciple de YAO Zong Xun, WANG Xuan Jie était un redoutable combattant. C'est d'ailleurs grâce à lui que le Yi Quan s'est fait connaître dans les années 80 sous le terme de Da Cheng Quan. WANG Xuan Jie commença l'étude du Tan Tui à 7 ans, puis il travailla le Shuai Jiao.

A 12 ans (!!!), il débuta l'étude du Yi Quan avec LI Yong Zong et le fameux YANG De Mao, mais aussi le Taï Ji et le Xing Yi.

Ces derniers le présentèrent à l'âge de 16 ans à WANG Xiang Zhaï, mais c'est YAO Zong Xun qui lui enseigna le Yi Quan.


Comme il était doué, il appris très vite. Doté d'une forte personnalité, il décida d'inclure les déplacements du Ba Gua dans le Yi Quan dont d'ailleurs il conserva l'appelation Da Cheng Quan des années 1940.

Il est à noter qu'une polémique existe sur le fait que WANG Xuan Jie soit ou non disciple de WANG Xiang Zhaï lui-même et que cette idée d'inclure les déplacements de la boxe des Huit Trigrammes serait le leg ultime du fondateur à son dernier élève particulièrement doué. Personnellement, je n'adhère pas à cette histoire et c'est finalement peut-être rendre un plus grand hommage au talent de WANG Xuan Jie que de penser que le Da Cheng Quan (Yi Quan + Ba Gua) est son invention. Et puis.. j'adore la marche en cercle du Da Cheng Quan!!
David-et-WANG-Shang-Wen-copie-1.jpg
WANG Xuan Jie a eu deux principaux disciples : ZHANG Bao Shen et WANG Shang Wen. Il est curieux de constater le mimétisme extrême qui existe chez plusieurs pratiquants de Da Cheng Quan au regard de WANG Xuan Jie.

ZHANG Bao Shen, dégoûté par ce qu'il a observé autour de lui et du microcosme du Da Cheng Quan, a préféré se retiré du monde... et pratiqué le bouddhisme.

Quant à Shang Wen (avec moi sur la photo ci-contre), il enseigne le Da Cheng Quan et poursuit ses recherches dans cet art bien qu'il soit parvenu à un très haut degré de maîtrise. Et c'est peu dire!!


WANG Xiang Zhaï a eu un disciple japonais qui s'appelait Kenichi SAWAÏ... alors que la Chine était sous occupation japonaise. C'est dire l'ouverture d'esprit de Lao WANG!

Kenichi-SAWA---cr--ateur-du-Ta---Ki-Ken-copie-1.jpgSAWAÏ était un grand pratiquant de Judo et de Kendo. Lui aussi a surtout été entraîné par Maître YAO. Consciencieux, expérimenté et doué, Kenichi SAWAÏ se passionna pour cet art martial bizarre.

D'ailleurs, vers la fin de sa vie, il a vu une vidéo de Maître YAO et tout en la regardant, il s'est mis à pleurer car il s'est aperçu alors que YAO Zong Xun ne lui avait pas "tout donné" (détails et secrets de l'enseignement).

Lorsqu'il est rentré au Japon, Senseï SAWAÏ a "japonisé" l'enseignement qu'il avait reçu au travers de sa propre expérience de Budoka. Il créa alors le Taï Ki Ken.

Le Taï Ki Ken s'est bien développé au Japon pour ensuite rayonner plus ou moins dans le monde.

Pour ce qui me concerne, je considère bien sûr le Taï Ki Ken comme une extension du Yi Quan avec cependant des différences notables qui sont criantes lors de l'entraînement.


Par exemple, en Taï Ki Ken, il y a des frappes sur les arbres qui sont inexistantes en Yi Quan... où on utilise les branches d'arbustes pour éventuellement sentir la force du ressort, mais absolument pas pour renforcer les membres. Cette pratique est répandue dans les arts martiaux japonais. Une autre différence flagrante est celle des déplacements à l'entraînement qui se font sur des appuis très bas en Taï Ki Ken.IWAMA-disciple-de-Kenichi-SAWA--.jpg

Le fondateur du Kyo Ku Shin Kaï, Mas OYAMA, lui envoyait ses meilleurs élèves, pour qu'ils puissent continuer à progresser. Un de ses meilleurs disciples est Senseï IWAMA (photo) qui enseigne au Japon.

Les pratiquants de Taï Ki Ken sont souvent de bons combattants car ils ont pratiqué d'autres arts de combat auparavant. Ce qui est peut-être moins le cas dans le Yi Quan...



undefinedMaître Michio SHIMADA qui enseigne en occident a un très bon niveau de pratique également. Tout comme Maître KUBO, qui, de source sûre, surpasse YAO Sheng Guang en combat libre!


Les pratiquants de Taï Ki Ken sont souvent de bons combattants car ils ont pratiqué d'autres arts de combat auparavant.

Ce qui est peut-être moins le cas dans le Yi Quan...

1ère vidéo de Michio SHIMADA.
2ème vidéo de Michio SHIMADA. (sparring)




Pour le plaisir, la magnifique posture d'Isato KUBO en Jiji Zhuang.
Quelle impression de puissance et de force, associée à la détente et la douceur... SPLENDIDE!!! 

undefined

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by David BLAYO - dans Ressources
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : YI QUAN (DA CHENG QUAN) - Le blog de David BLAYO
  • YI QUAN (DA CHENG QUAN) - Le blog de David BLAYO
  • : Le Yi Quan (Da Cheng Quan) est un art martial chinois qui permet de développer la véritable énergie interne pour le combat, de préserver sa santé et de guérir certaines maladies. YIQUAN - DACHENGQUAN
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Texte Libre

Archives

Texte Libre