Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mars 2008 6 22 /03 /mars /2008 14:36

Demat deoc'h, Bonjour à tous,

Je souhaitais parler au travers de cet article de l'intégration de la pratique dans notre vie quotidienne et donc de la gestion de notre temps. Car bien des gens se trouvent confrontés à une difficulté par rapport à leur pratique : trouver le temps pour pouvoir pratiquer leur art, quel qu'il soit.

Alors quoi? Une solution miracle? Non, bien sûr mais peut-être une remise en cause de ce dogme de la gestion du temps et du manque de temps.

En effet, je ne pense pas que le manque de temps soit à l'origine de notre difficulté à caser une ou deux heures de pratique dans notre organisation quotidienne.

Qu'en est-il alors? Je suis intimement convaincu que notre difficulté à trouver du temps pour notre art ou à n'importe quelles actions souhaitées provient de deux aspects :

1. le bien-être psychologique.
2. la gestion des priorités.

1. Bien-être psychologique :

Comment être disponible si on ne se sent pas bien? Comment avoir l'allant pour mener à bien un entraînement? C'est bien le soucis surtout quand il s'agit de pratiquer une forme de méditation (active) au travers de Zhan Zhuang. Alors que faire quand on a la tête si pleine qu'on n'a pas envie de se mettre à l'entraînement ou qu'on s'en sent incapable? Voici quelques pistes :

a) se confronter réellement à ce qui nous pose problème, ce qui provoque cette tension ou cette colère en nous, par exemple, en la ressentant réellement (cela commence donc par accepter l'état dans lequel on est, se laisser "envahir", sans chercher bien évidemment à le faire perdurer!).
b) une seconde option peut-être de lâcher ce qui est obstrué en nous : crier, pleurer, courir, frapper un punching ball, chanter sont des solutions valables si on le fait suffisamment pour libérer la charge énergétique liée à nos émotions et nos sentiments.
c) utiliser des techniques médtatives (Zazen, Tazuo...) ou psychologiques permettant une salutaire prise de recul (méta-position, questionnement). Bon courage...


Ces pratiques nous permettent de nous rendre à nouveau disponible mentalement pour ce qu'on a à faire. Au travers de ces options, je vous encourage aussi à reprendre, si besoin, le contrôle de votre esprit et donc de votre vie. Faites aussi attention à ce que vous regardez à la TV. N'oubliez pas que la TV vous met dans une position de spectateur (et non d'acteur) en provoquant en vous selon les programmes une gamme étendue d'émotions générées artificiellement en vous amenant à vous concentrer intensément sur des points lumineux. On est proche de l'hypnose... donc faites gaffe aux messages transmis mine de rien quand vous regardez "la télé qui donne des visions"!

2. Gestions des priorités :

La gestion de nos priorités nous renvoie à la défintion de nos objectifs. En effet, comment déterminer ce qui est important de ce qui ne l'est pas, comment savoir ce qui est urgent et ce qui ne l'est pas, si nous ne savons pas ce que nous voulons et donc vers où nous voulons aller?

Je vous invite à réfléchir profondément à ce que la pratique représente pour vous. Qu'est-ce que vous en attendez de votre art en général, du Yi Quan en particulier? Que se passerait-il si vous arrêtiez la pratique? Que vous apporte la pratique? Qu'est-ce que la pratique vous évite de faire?...

Ensuite, vous pourriez peut-être prioriser l'importance de votre pratique avec à chaque fois "en face" ce que vous faites régulièrement dans vos journées. Ainsi, vous aurez déterminé dans la liste des choses à faire la place de votre pratique.

Parfois, on croit faire quelque chose de bon coeur, avec envie et surtout de notre propre chef... pour s'apercevoir , après une mise en perspective, qu'en fait on le faisait pour faire plaisir à quelqu'un, ou par obligation ou parce qu'on croyait que c'est ce que nos proches attendaient de nous. Reprenez le contrôle! Définissez ce que vous faites au travers de vos objectifs, de votre liberté et de votre personnalité (style) propre.

Une fois avoir fait le point sur ce que vous aimez et devez faire, vous pourrez réellement mettre en ordre vos activités prioritaires ainsi vous organisez pour hiérarchiser vos activités en rapport avec votre emploi du temps. Petit conseil : soyez souple avec vous-même. Soyez bon envers vous. Ne vaut-il pas mieux vous encourager que vous critiquer?

Une anecdote : Maître CUI Rui Bin nous avait dit lors d'un séjour dans son centre d'entraînement que la priorité devait être donnée à trouver un bon travail tout d'abord, puis contruire sa famille et enfin pratiquer le YI Quan. Notons que Maître CUi s'entraînait des heures entières lorsqu'il était jeune adulte. Le risque quand on a une passion (et qu'on ne peut en vivre) c'est de "se prendre les pieds dans le tapis" des priorités. Alors réfléchissez -y bien si c'est votre cas.... 

Conclusion :

Si nous sommes parvenus à définir nos priorités et que notre art en fait partie, et que nous avons ensuite pu déterminer sa place dans notre emploi du temps (20 minutes valent mieux que rien!) nous sommes prêts à pratiquer et progresser régulièrement.

En cas de difficultés émotionnelles et/ou physiques (maladie...) nous savons ce que nous pouvons pratiquer (cf Bien-être Psychologique) pour nous alléger et nous mettre au Yi Quan... mais par pitié soyez bon pour vous, soyez aussi compréhensif que vous le seriez pour votre meilleur(e) ami(e) sans tomber bien sûr dans la fainéantise,  la fuite et la "victimisation"; sinon c'est que vous devez revoir vos priorités!

Le Yi Quan est un art. L'artiste est à chaque moment de sa vie l'incarnation de son art. Le Yi Quan, une fois bien entraîné, fait partie de soi et donc de son quotidien. Il n'est plus vraiment une priorité, à partir du moment où il est en nous et que nous parvenons à nous entraîner sans nous entraîner.

Partager cet article

Repost 0
Published by David BLAYO - dans Ressources
commenter cet article

commentaires

christobald 22/03/2008 21:50

Bonsoir David,

Bien d'accord avec toi !.
Tu évoquais la télévision. C'est un exemple de tous ces "capteurs d'attention" et leur stimulation émotionelle.
Pour mo, il existe encore cette dualité entre ce monde conditionné et conditionnant, mon théatre et le besoin de retour sur soir que l'on expérimente par exemple dans le Zhanzhuang.
Je pense, comme les boudhistes, qu'il y a une graine et que celle-ci est la. Il faut se "souvenir" de son état naturel et comme tu le soulignes, être détendu et éviter la culpabilisation.

Amicalement !

Présentation

  • : YI QUAN (DA CHENG QUAN) - Le blog de David BLAYO
  • YI QUAN (DA CHENG QUAN) - Le blog de David BLAYO
  • : Le Yi Quan (Da Cheng Quan) est un art martial chinois qui permet de développer la véritable énergie interne pour le combat, de préserver sa santé et de guérir certaines maladies. YIQUAN - DACHENGQUAN
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Texte Libre

Archives

Texte Libre