Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 septembre 2008 3 24 /09 /septembre /2008 13:52

Demat deoc'h, Bonjour à tous,

David médite sous un banyan... à L'Ile Maurice!Dans le Yi Quan, on retrouve des éléments du bouddhisme ch'an, à l'origine du bouddhisme zen japonais. Au delà des étiquettes (ch'an, zen...), le Yi Quan renferme des enseignements du Dharma (les enseignements du Bouddha). Attention vigilante, concentration, respiration naturelle, méditation au sens large, être dans l'ici et le maintenant, conscience : voilà le coeur du bouddhisme.

Malheureusement, le bouddhisme est dénaturé. Il est décadent. Je suis allé dans un monastère bouddhiste en 2004, en Chine. Les moines n'avaient rien de "réalisé" à priori. Je trouvais que c'était plutôt des fonctionnaires religieux. Tout comme au Monastère de Shaolin, c'est le business qui fait tourner "les temples"! Car même dans ce monastère de Zhong Nan Shan, les hordes de touristes étaient les bienvenues le week-end pour visiter les moindres recoins du monastère, jusqu'a nos couchages...

Le monastère de Shaolin était un vecteur important du bouddhisme en Chine. Mais c'était il y a bien longtemps. Aujourd'hui, le temple est un haut lieu de tourisme où les moines se transforment l'après-midi en tenanciers d'échoppes touristiques. Le temple est entouré d'écoles d'arts martiaux estampillées "Shaolin" mais l'esprit du bouddhisme et l'esprit des arts martiaux y a disparu.

En occident, nous avons beaucoup critiqué la religion catholique et ses excès (pédophilie, richesse du clergé, spiritualité quasi inexistante chez bien des prêtres, baguarres au Vatican pour le pouvoir...). Nombre de choses ont été dites à propos de l'Islam et du Judaïsme. Seulement, peu de critiques sont dirigées à l'encontre du bouddhisme... Etonnant, non? Avec un développement en occident si important ces 15 ou 20 dernières années, le bouddhisme se donne les aspects d'une religion "pure" qui est la seule à ne pas avoir de sang sur les mains au regard du prosélytisme, historiquement parlant.

Il est vrai que la cause tibétaine et l'image du Dalaï-Lama, très présente dans les médias, auréolent le bouddhisme d'une parure immaculée. Pourtant, il semblerait étrange que seule cette tradition importante se retrouve exclue de tous crimes et autres scories! On en apprend de belles sur le blog http://bouddhanar.blogspot.com/ (abus sexuels de grand maîtres tibétains, mégalomanie immobilière des tibétains...).

Le vernis craque. Les constats s'accumulent. Je vous invite à regarder ce site http://bouddhismes.info/3.html pour vous faire votre propre opinion... La Chine a été montrée du doigt et condamnée par tout l'occident pour avoir massacré les tibétains et envahi le Tibet. Mais peu de gens se sont réellement penchés sur la réalité historique. Celle d'un tibet ou l'esclavage était monnaie courante. Celle d'un tibet où quasiment tout un peuple travaillait pour la gloriole des temples, des grands Lamas et de quelques aristocrates.


L'occident ne veut pas vraiment voir la réalité du tibet des années 50! Il faut dire que les grands médias ont joué à fond leur rôle de désinformation (comme d'habitude...). Le poids des USA et de la CIA n'y est pas pour rien! Personne ne sait demandé comment le Dalaï-Lama finançait ses voyages? Personne ne demande comment les tibétains ont pu construire de telles infrastructures en Inde? D'où vient l'argent? Du petit bourgeois londonien ou parisien? Non! Comprenez bien : je suis très content que les tibétains en exil puissent vivre dans des conditions agréables. La misère humaine ne devrait pas exister... ni être instrumentalisée!!

Il faut reconnaître que le Bouddhisme, sous l'impulsion du bouddhisme tibétain, est devenu une "cash machine" pour tous les libraires et un certain nombre d'auteurs! La spiritualité dans les livres... Je suis tombé moi-même plus jeune dans ce travers. Il est vrai que les enseignements du Bouddha sont finalement peu connus mais surtout noyés dans un incroyable méli-mélo de pseudos-traditions spirituelles, de reliquats de Bön, de Tantrisme et autres courants, forts éloignés de la simplicité, voire de l'aspect hiératique des véritables enseignements du Bouddha. "Asseyez-vous ou marchez mais soyez présent à toutes choses" ça ne fait pas vendre de livres, de séminaires, de stages... Alors Bouddha se retourne dans son Nirvana!!

J'ai été en contact avec un moine franco-suisse qui vit en Birmanie et qui tente de vivre selon des préceptes purement bouddhistes. Sur son site http://www.dhammadana.org/ il nous accueille par un vibrant : "Bienvenue dans la réalité". Pour moi cela veut dire beaucoup au regard de ce que l'on peut constater dans les réseaux bouddhistes (puisque c'est de ça qu'il s'agit). J'entends : "Reveillez-vous vraiment!". Il y a de mon point de vue beaucoup trop de faux semblants dans le bouddhisme à l'heure actuelle. Et il me semble important d'encourager les initiatives visant à aider réellement les Etres Humains et non à les manipuler ou les déposséder! De plus, sur ce site, vous y trouverez nombres de ressources (ebooks, enregistrements audio, un film...) qui sont tous gratuits. Pas mal... voire même "exploit" dans le monde où l'on vit!!!

Un truc qui m'interpelle c'est qu'aujourd'hui le bouddhisme tibétain est devenu synonyme de Bouddhisme! C'est tout à fait inapproprié quand on sait d'où vient le bouddhisme tibétain (Bön) et la complexité de ses enseignements face à la simplicité, au naturel et à la transparence du bouddhisme originel.

Alors, j'espère que les occidentaux se réveilleront pour leur bien-être. Le bouddhisme originel pourra les aider au travers de l'expérimentation de leurs émotions, de leurs sentiments, de leurs perceptions, de leurs consciences, de leurs corps, simplement au travers de la méditation simple et pourtant profonde et puissante du Vipassana, sans se prendre la tête avec de multitudes de déités, des visualisations, en veux-tu en voilà, qui obscurcissent l'entendement et la conscience pure... avec la plupart du temps une totale incompréhension du symbolisme tibétain pour les occidentaux, qui répètent inlassablement des mantras dont ils ne saisissent bien souvent pas le sens!

Je formule le souhait également que le Bouddhisme retrouve toute sa fraîcheur et son authenticité. Quant aux pratiquants de Yi Quan et de Da Cheng Quan ou encore de Taï Ki Ken, tenez-bons (votre ballon!!!)! Finalement vous êtes peut-être sur une meilleure voie spirituelle que beaucoup de religieux ou de pratiquants laïques, quelques soient ces traditions! Dans la Nature, concentré sur vous-même, respirant calmement et votre conscience de l'instant aiguisée, vous éprouverez peut-être un jour votre véritable nature... qui sait?

Bonne pratique et bon courage à tous!

Partager cet article

Repost 0
Published by David BLAYO - dans Ressources
commenter cet article

commentaires

association Zen Do Ken 08/03/2010 16:35


Bonjour David. Nous ne nous connaissons pas mais je suis aussi, de mon côté (plutôt basque), l'enseignement de maître Ming Shan.

C'est d'ailleurs la pratique et l'immense bonheur et paix de la méditation debout du Yi Quan qui m'a mené, en contreplan de mes difficultés de santé et de cohérence sociologique (qui m'ont séparé
deux ans du cours du Yi Quan Ming Shan) vers l'étude et la pratique du bouddhisme.

C'est le boudhisme Zen que j'étudie, deux ans avec un cours on line et un des principaux instructeurs de Taisen Deshimaru à son époque, puis depuis un an maintenant, je suis membre de l'association
Un Zen Occidental de Jiun Eric Rommeluère, maître français de Zen ayant reçu la transmission.

J'étudie aussi le cours on line (de deux années) d'introduction à l'histoire du bouddhisme de l'Université Bouddhique Européenne, qui intègre nos épistémologies universitaires occidentales.

Que dire de ton article ? D'abord, effectivement, il y a une solidarité tacite entre bouddhistes, mais qui s'explique par le fait qu'il s'agit, dans le bonheur de Bouddha, d'éviter dépréciation et
diffamation. Pourtant n'aurais-tu pas raison ? Vraisemblablement aussi.

Car la vertu bouddhiste, figure de proue (à son propre regard), s'expose beaucoup aux travers qu'elle défie et fronde, et ceux-ci (les ressentiments et deviances) entrent très volontiers (comme de
mauvais courants d'air) dans l'"héroisme bouddhiste" occidental.

N'en est-il pas pour autant un peu vrai ? La non-dualité, l'évidement, la verticalité sont portés dans le bouddhisme jusqu'au seuil, là où le yin et le yang taoiste figure un deux - une relation,
il y a dans le bouddhisme, à même, ce qui est en propre, une ponctuation, et l'ouverture sur l'immensité de son autre.

Sais-tu que le Dzogchen est un summum bouddhiste pour les tibétains (une sorte de tantra au delà de la référence au tantrisme) qui est aussi présent dans la tradition bön (religion indigène dont
les racines idéologiques remontent au nord-ouest de l'Inde, les régions du nord de l'Afghanistan et du Pakistan, qui étaient aussi de grandes régions bouddhiques) ? Sais-tu que Dzogchen signifie en
tibétain à peu près la même chose que Da Cheng (grand accomplissement) du Da Cheng Chuan de Wang Xiang Zhai, et qu'il consiste en la Vue / la Voie comme immédiateté en dehors de toute technicité et
argumentaire, et notamment avec la (grande) nature, et notamment dans la magie d'une situation naturelle de chaque être ou chose dans l'espace ?

Alors le Yi Quan, nommé Da Cheng Chuan, n'est-il pas très fortement et subtilement la portée religieuse du monde bouddhiste aux bornes des mondes laïques ?

Je crois bien que tu as raison.

Pourtant, précarisation si constante de l'impermanence (et de soi), l'école Yi Quan, ses technicités et argumentaires, est ou sera sujet aux mêmes déviances et ressentiments que tu identifies dans
les écoles religieuses d'hier à aujourd'hui.

Le processus a déjà commencé, et trouver matière à la paix est déjà difficile, et est traversé de bien des gageures. Dans un combat, il faut s'ancrer je crois avec souplesse et surtout plus bas que
l'adversaire, pour le percuter. Dans la sauvegarde aussi.

Merci. A une autre fois.


Didier 18/05/2009 18:22

Salut David,

Bon ben je m'y colle pour répondre aux "invectives" envers le Bouddhisme Tibétain.

Je pense que tu confond l'humain et la transmission (le dharma)
La faiblesse comme la grandeur sont innérantes de l'humain.
Nous sommes tous en recherche de bohneur pour un état meilleur (physique,spirituel).
Nos étapes dépendent de notre pratique et des efforts que nous faisons pour essayer de maintenir cet état.
Le Bouddha historique a simplifier son enseignement en 3 points:
Ne faites pas le mal mais développé votre bon coeur pour aider votre prochain et amener le bien autour de vous.
Ne critiquer pas les sages et les autres doctrines.
Pacifier et subjuguer votre esprit afin de réduire les turbulences inhérentes à celui-ci.

Voilà ce que je retiens véritablement de l'enseignement du Bouddha historique.

Toutes les écoles du bouddhisme se réfèrent au Bouddha historique Shakyamuni Gautama.

La tranmissions de maître à disciple s'est faite à partir de l'Inde sans interruption jusqu'à nos jours.

Ce que je veux finalement dire est qu'il est trop simpliste de dévoyer le Bouddhisme Tibétain qui ne correspond pas a ta recherche de "bouddhisme originel".

Je souris en me rappelant certaines discussions au parc des Buttes Chaumont avec toi et Mingh ainsi qu'en Chine chez Maître Cui !!!

Ton analyse du bouddhisme tibétain n'est pas complète.

Lis plus et renseigne toi sur la diffusion et l'introduction du bouddhisme Mahayana et Vajrayana au Tibet.

Pour la critique des humains moines, Lamas etc... je reconnais qu'il y a des imposteurs, mais cela n'est pas lié au seul bouddhisme tibétains.
La aussi ta critique est simpliste concernant les agissements de personnes, qui peuvent se trouver dans n'importe quel champs d'actions aussi bien dans le monde "spirituel" que mondain.

Sur ce, le Yi Chuan est à mon goût une très bonne disciple pour intégrer différents mode de développement (physique&spirituel)mais n'est pas à elle seule la réalisation.

Les chemins de l'homme sont vastes et variés pour accéder en haut de la montagne.

Bonne route mon ami.

Lindenlaub Vivian 05/12/2008 16:53

Merci David pour ton témoignage, je suis en accord avec le message que tu nous donnes.
En effet c'est véritable electro-choc mais je ne suis pas complétement surpris de cette réalité.
Il y a la SAGESSE et quelques SAGES et il y a les dix mille hommes.

Je pratique le DA CHENG avec Jacques Massumbuko
et la découverte de ce travail dépasse toutes mes espérances et bien +.

Bonne Pratique à TOI.
Vivian

alain 08/11/2008 19:53

salut david je te fais un petit bonjour des hautes alpes , j'espère que tu as repris l'entraînement et que tous tes problêmes sont résolus.pour ma part j'essaye de m'entraîner tous les jours mais j'ai l'impression de revenir à mes débuts (les douleurs reviennent en force mais en tui shou je me sent plus ancré plus relaché et plus en contact).
passerais-je un cap ? as tu la réponse ?
salutations alain

Présentation

  • : YI QUAN (DA CHENG QUAN) - Le blog de David BLAYO
  • YI QUAN (DA CHENG QUAN) - Le blog de David BLAYO
  • : Le Yi Quan (Da Cheng Quan) est un art martial chinois qui permet de développer la véritable énergie interne pour le combat, de préserver sa santé et de guérir certaines maladies. YIQUAN - DACHENGQUAN
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Texte Libre

Archives

Texte Libre