Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 octobre 2009 4 15 /10 /octobre /2009 14:24
A : Vous venez de mentionner le travail au sac de frappe. Y-a-t-il un processus pour cela aussi, ou est-ce que les élèves commencent immédiatement cette pratique?
C : Il y a un ordre à tout. Maître YAO divisa le travail au sac de frappe en plusieurs étapes. Tout d'abord nous frappons des petites boules de coton, puis de petits punchingballs, jusqu'à ce que finalement nous commencions à nous entraîner avec des sacs de frappe lourds. Pour l’entraînement avec la boule de coton, de petites boules de coton étaient suspendues à partir d'un morceau de ficelle. Les élèves se tenaient à une distance où ils pouvaient ouvrir leurs épaules et leur garde tout en faisant complètement le tour. Nous frappions alors la balle de telle sorte que notre poing seul était en contact avec la balle de coton. À ce stade, vous devez encore vous détendre, vous ne devez pas utiliser de force, si vous utilisiez la force physique alors la balle de coton s'envolerait. Mais au moment où votre poing touchait la balle de coton, vous deviez serrer le poing, la balle de coton ne pouvait pas s’envoler.

À cette époque là, à l'exception de Zhan Zhuang, tout ce que j'ai pratiqué c’était Shi Li, Mo Ca Bu, le shadow boxing et l’entraînement au sac de frappe. J'ai commencé à pratiquer Shi Sheng (le test de la voix) en 1975. C’était Maître YAO qui pratiquait Tuishou et les exercices à deux avec moi. En 1976, en préparation pour une compétition de combat au bâton organisée par la milice de notre usine, j’ai commencé l'apprentissage du bâton long (Ganzi). Je n'avais jamais pratiqué avec un bâton auparavant, mais j’étais très enthousiaste d'entrer dans la compétition, de sorte que je l’ai indiqué à Maître YAO. Il a dit: "C'est facile, vous avez déjà les bases, tout ce dont j’ai besoin c’est de vous l’expliquer [le bâton]». En raison de la situation à la campagne à ce moment-là, naturellement il n'y avait pas de batôn standard de Kungfu. Afin que j'ai quelque chose avec quoi pratiquer, Maître YAO confectionna 2 grandes perches en bois avec 2 morceaux de bois d’un peu plus d'un mètre de long. Et évidemment, j'ai gagné mes 10 matches et en plus en utilisant ces bâtons longs de fortune pendant la compétition et j’ai été déclaré « champion »! Un grand nombre des autres concurrents étaient d’ex-soldats qui avaient été envoyés à notre usine, avec la démobilisation, ils avaient reçu un entraînement militaire au batôn long, mais ils ne pouvaient pas résister à mon batôn de Yi Quan. Il y avait une personne qui avait fait un choix évident et qui n'avait donc pas participé à la compétition - le vice-président de notre Division blindée. Dans l'armée, il avait été un combattant au batôn de premier ordre au sein de la région de Beijing, et il avait obtenu les honneurs lors de la compétition organisée par Luo Rui Qing. Beaucoup de gens cette fois là l’avait pressé de me rencontrer, mais il refusa, parce qu'il m’avait vu frapper le grillage de protection du casque de mon adversaire si dur que le treillis métallique fut courbé vers l'intérieur, et coupa mon adversaire au visage durant l’action. Ce que nous avions effectivement utilisé dans la compétition étai de véritables lances en bois dont la pointe avait été supprimée et remplacée par un caoutchouc. Il réalisa que j'avais utilisé un jeu de jambes différent de ceux des autres concurrents.

HAN Xing Yuan (le frère de HAN Xing Qiao) practiquant le bâton long du Yi Quan.

A : Quel jeu de jambes aviez-vous utilisé?
C : C’était tout simplement le jeu de jambes issu de Jiji Zhuang (posture de combat). Plusieurs fois dans la compétition, mon adversaire voulu me porter des coups, je n’avais juste qu’à 'esquiver et alors tout ce qu’il obtenait de moi c’était de l’envoyer voler avec le renfort de mon bâton long.

A : Est-ce que dans le Yi Quan vous avez d'autres armes en plus de la longue perche?
C : Dans le Yi Quan il y a le « sabre à double prise » (Shuang Ba Dao)

A : Qu'est-ce que c'est?
C : Le Shuang Ba Dao est un épée que l’on tient à deux mains. De cette manière, le corps est équilibré en combat et on peut libérer Hunyuan Li. J'ai appris le Shuang Ba Dao de Maître YAO alors qu'il était encore à la campagne. La caractéristique de Shuang Ba Dao est que le côté aiguisé du sabre fait face à celui qui le manie, tandis que l’arrière non tranchant de la lame fait face à l'adversaire. Que l'adversaire attaque en tranchant ou en piquant, vous interceptez avec le dos de la lame, et alors contre-attaquez par la spirale du corps tout entier.

A : Vous avez mentionné que, après que Maître YAO ait été autorisé à retourner à Beijing en 1970, le groupe a été autorisé à pratiquer de façon semi-publique. Où pratiquiez-vous?
C : Après que Maître YAO fut autorisé à revenir à Beijing, nous avons pratiqué à Tucheng et dans les parcs de la ville. Maître YAO passait la moitié de la journée là. C'est alors que plus de gens ont commencé à étudier avec Maître YAO. En dehors de moi-même et des frères YAO (YAO Cheng Rong et YAO Cheng Guang), il y avait aussi LIU Pu Lei, WU Xiao Nan, JIA Xiao Ying, LI Hong Jin et BAI Xue Zheng. En fait, LIU Pulei a commencé à étudier avec Maître Yao, alors qu'il était encore à la campagne, nous l'avions rencontré par hasard une fois auparavant. La plupart du temps, la femme de Maître YAO cuisinait pour nous, parfois, quand ça lui prenait, Maître YAO faisait le repas. Nous pratiquions habituellement à Tucheng, mais le dimanche, nous pratiquions dans la petite zone boisée à côté du Parc des Expositions. Pour les deux années 1980 et 1981, nous avons pratiqué là, je n’ai appris que plus tard, qu’ils avaient clôturé le tout.

A : Alors, quand avez-vous été finalement autorisé à pratiquer en public?
C : Plus tard, lorsque nous avons commencé à pratiquer dans les petits jardins publics rue de Nan Li Shi, nous n'avions plus rien à craindre, car à partir de début 1982 jusqu’à Septembre 1984, nous avions l'appui des dirigeants de l’Institut de Recherche sur le Sport de Beijing. A partir de là, notre terrain d'entraînement a migré vers le terrain des sports de Xian Nong Tan, où Maître YAO nous entraîna intensivement. Dans le même temps, il mena des recherches sur le Yi Quan. Maître YAO appliqua également les méthodes d’entraînement du Yi Quan aux équipes nationales d'athlétisme, de natation, d'haltérophilie, de football et de tir.

R : Votre mention de Xian Nong Tan m'a rappelé qu’il y avait depuis longtemps des critiques voilées dans la communauté du Kungfu au sujet de l'utilisation de gants de boxe et des casques de protection par Maître YAO.
C : En fait, Maître YAO avait déjà commencé à utiliser des équipements de protection et des protèges-tibia dans l’entraînement au Yi Quan dans les années 30 et 40. À cet égard, Maître YAO était en avance sur son temps. L'équipement de protection signifiait que, tout d'abord, il y avait plus de protection pour les étudiants et, d'autre part, il permettait de faire des combats d’entraînement (sparring) plus proches de la réalité des combats. Actuellement, beaucoup de gens disent, « je ne peux pas m’entraîner avec des gants, car ils limitent les mouvements que je peux faire ». Ceci est vrai. Ce que j'ai entendu de la part des contemporains de Maître YAO, c'est que dans les combats amicaux, il permettait à ses adversaires de combattre poings nus, mais que lui-même portait des gants de boxe. Comme quoi, tous ses adversaires gardaient de la crainte pour Maître YAO.

A : Comme quelqu'un qui a suivi Maître YAO pendant 13 ans, vous devez pouvoir témoigner de son Gongfu (maîtrise).
C : Laissez-moi vous raconter quelques anecdotes pour illustrer cela. Il y eu une fois où je suis allé visiter Maître YAO à la campagne. Comme nous mangions après l’entraînement, Maître YAO déclara : "Rui Bin, qui savait que notre Yi Quan pouvait être utilisé contre les chevaux égalementi!" Perplexe, j'ai dit : "Qu'est-ce que le Yi Quan a à voir avec les chevaux?" Maître YAO répondit : «Il y a quelques jours, je me trouvais dans une réunion de la commune quand un cheval de trait effarouché rejeta ses rênes et chargea la foule. Voyant le cheval arrivé, j'ai attrapé son licou et tiré un coup sec dessus, ce qui l'a fait se cabrer. Comme il s’était cabré, je lui ai fait dessiné un cercle et il est juste tombé. Tous les spectateurs ont été très surpris ». Pensez à la force qu’a un cheval effarouché ! Un jour, en 1980, après avoir passé toute la matinée à nous entraîner à côté du Parc des Expositions, j'ai déjeuné avec Maître YAO. Après le déjeuner, Maître YAO dit : "Venez chez moi, vous pourrez faire une sieste, puis vous entraîner à nouveau dans l'après-midi ». Et alors, Maître YAO et moi-même étions allongés sur son lit quand il a dit : «Expérimente ça, mon garçon ! ». Je n'avais aucune idée de ce dont Maître YAO voulait parlé, alors j'ai dit : "Nous sommes sur le point de nous endormir, de quoi suis-je censé faire l'expérience? ». J'avais à peine terminé ma phrase, que le lit où nous étions commença à bouger, en douceur et lentement tout d'abord, puis de plus en plus vite, et plus fort et plus fort. J'ai dit : "Maître YAO, que ce passe-t-il? ». Il a ri et me dit : "Essayez de trouver le sommeil!". J'avais regardé Maître YAO pour le voir allongé sur son côté avec ses jambes pliées - il n'avait pas bougé. Je me suis rendu compte que Maître YAO avait employé son Gongfu. Une fois, Maître YAO m'amena rendre visite à ZHOU Zi Yan (un autre élève de WANG Xiang Zhaï). Alors que Maître ZHOU et moi-même discutions des arts martiaux, Maître YAO bavardait et pratiquait Zhan Zhuang en même temps. Maître ZHOU tourna soudain la tête et dit : "Jeune CUI, regardez Maître YAO, maintenant c'est ce que j'appelle le véritable Gongfu!". Je jettai un coup d’oeil pour voir Maître YAO debout en Zhan Zhuang. Son corps était immobile, mais les bords de sa veste ondulaient comme si soufflait dessus une brise invisible. Maître ZHOU me dit : « Jeune CUI, vous devez pratiquer assidument. Votre professeur a le véritable Gongfu. Toutes les choses dont j'ai parlé sont vraiment de la blague, elles sont erronées".

A : Comment expliquez-vous ce phénomène?
C : Maître YAO a provoqué des mouvements internes de l'organisme pour produire des vibrations de haute fréquence, ce qui causa l’ondulation des bords de sa veste.

A : Pouvez-vous reproduire cet exploit?
C : (rires) Je n'oserais pas dire que j’ai atteint le niveau de Maître YAO, mais vous pouvez sentir par vous-même. (CUI Rui Bin se leva et se mis dans la "même posture" (Ping Bu Zhuang) et roula son pantalon jusqu'aux genoux. Je vis des vibrations de haute fréquence démarrer à partir de ses mollets)

A : Comment appliquer ce type de vibrations dans les combats de la vie réelle?
C : Je voudrais répondre à cela avec une autre anecdote. Tout le monde à qui je l’ai raconté pense que c’est incroyable. Un jour, en 1982, je faisais un travail au sac de frappe au terrain des sports de  Xian Nong Tan. Maître YAO avait assisté à une réunion tenue par certains des experts de l'Institut de Recherche des Sports de Beijing. Après que la réunion fut terminée, un entraîneur de baseball nommé FAN Ting Yu (on l’appellait « l'oncle FAN ») me fit signe de venir à lui, disant :« Jeune CUI, venez par ici". J'ai dit que j'étais occupé par mon entraînement. Oncle Fan dit : "Vient juste ici». Et alors je marchai jusqu’à lui et lui demandai ce qu’il y avait. Oncle Fan dit : "Jeune CUI, vous feriez mieux d'apprendre tout ce que vous pouvez de Maître YAO, son Gongfu est incroyable!". Je lui ai dit que je le savais déjà. Oncle FAN, mécontent, déclara : "Qu'est-ce que vous savez?". De son timbre de voix, je savais que quelque chose n’allait pas, de sorte que j’ai dit : "Eh bien, dites-moi alors". Oncle FAN dit : "Tout à l'heure au cours de la réunion, quelqu'un a soulevé la question du Wushu. Soudain, il y avait un bruit sourd comme si les fenêtres et les tables de la salle de réunion vibraient violemment. Cela peut sembler exagéré, mais c’était comme un petit tremblement de terre. Les participants se sont tous levés et regardèrent dehors avec inquiétude, demandant ce qui s'était passé. J'ai remarqué que de tous les participants seul Maître YAO était resté assis. J'ai aussi remarqué que, juste avant le «séisme», Maître YAO avait soulevé un peu ses mains et "tremblé" légèrement. Voyant que Maître YAO était resté assis avec un léger sourire sur son visage alors que tout le monde avait bondi avec inquitude, je savais que cela devait avoir été réalisé par votre professeur".

A : Tout cela paraît un peu incroyable.
C : Je vous dis, en physique c’est ce qu'on appelle la résonance. Chaque objet a sa propre fréquence de résonance. À ce moment là, Maître YAO était assis sur une chaise pliante. Le frisson continu de Maître YAO généra des vibrations à haute fréquence qui amenèrent les objets environnants à rentrer en résonnance. Vous avez demandé tout à l'heure quel type d'utilisation cela pourrait avoir dans un combat réel. Lorsque ces vibrations à haute fréquence sont appliquées en un instant sur un adversaire, la sensation perçue est comme d'être frappé par la foudre. C'est ce à quoi Maître WANG Xiang Zhaï se référait quand il discutait de "mouvements supers rapides". Aux alentours du Festival de Printemps de 1973, HAN Xing Qiao (un autre étudiant bien connu de WANG Xiang Zhaï), que nous appellions Oncle HAN, a écrit une lettre, au Premier Ministre ZHOU En Lai, à propos de la psychologie du sport et de la physiologie et de la façon dont les méthodes d’entraînement du Yi Quan pourraient aider, qui fut transmise au Premier Ministre ZHOU par le commandant militaire du Xinjiang d’alors, PEI Zhou Yu. En raison de cette lettre, le Premier Ministre ZHOU écrivit une note à la Commission Nationale des Sports. Ainsi, la Commission invita HAN Xing Qiao à venir à Xinjiang, et invita aussi Maître YAO venant de la campagne. À cette époque-là, chaque fois que Maître YAO et moi-même venions à Beijing, nous logions à la maison de mon Shixiong (frère de pratique) ZHANG Hong Cheng. Dans la soirée, le frère de pratique BAI Jin Jia ainsi qu’un groupe d'étudiants de Baoding vinrent chercher des instructions de la part de Maître YAO. Au cours de la rencontre entre Maître YAO, Oncle HAN et la Commission Natioanle des Sports, afin de «tester» le Yi Quan, l'un des entraîneurs de boxe lui demanda s'il pouvait faire un combat avec Maître YAO. Comme il envoya un coup de poing direct à Maître YAO, Maître YAO appliqua "la libellule touche l'eau» sur l’avant-bras de l'entraîneur, l’envoyant voler dans les airs. Quand il se leva, il ne comprenait comment Maître YAO l’avait envoyé voler, alors il essaya à nouveau, mais avec le même résultat.

HAN Xing Qiao, un autre principal disciple de WANG Xiang Zhaï.
A : Est-ce que Maître HAN prit part à ces tests?
C : Oncle HAN dit aux jeunes entraîneurs : "Vous pouvez me tester, à une condition : vous n'êtes pas autorisé à vous enfuir de cette salle. Je suis un vieil homme de 70 ans, si vous commencez à courir dehors je ne serai pas en mesure de vous attraper. Tant que vous restez dans cette salle, je peux vous faire tomber de la façon que je souhaite".

Partager cet article

Repost 0
Published by David BLAYO - dans Ressources
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : YI QUAN (DA CHENG QUAN) - Le blog de David BLAYO
  • YI QUAN (DA CHENG QUAN) - Le blog de David BLAYO
  • : Le Yi Quan (Da Cheng Quan) est un art martial chinois qui permet de développer la véritable énergie interne pour le combat, de préserver sa santé et de guérir certaines maladies. YIQUAN - DACHENGQUAN
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Texte Libre

Archives

Texte Libre